Le Progrès Toussaint 2013

logo-le-progres

Loin de leur famille ou trop fatigués, les particuliers font de plus en plus appel à des entreprises pour assurer l’entretien et le fleurissement des tombes.

FJNprogrestoussaint2013

« C’est un sujet ultra-tabou, nos clients en parlent peu autour d’eux. » Yann Lepage est cofondateur de la société En sa mémoire. Il propose aux particuliers d’entretenir une sépulture et de la fleurir. À ce jour, plus de 1 000 clients ont déjà souscrit un contrat, partout en France. Dans le département, la société, créée en 2008, compte une cinquantaine de clients. « Nous avons deux types de clientèles, indique-t-il. Des personnes âgées pour qui c’est compliqué d’entretenir elles-mêmes la sépulture et des personnes très éloignées, des actifs notamment. » Comme cette Française qui habite aux États-Unis et qui fait fleurir une tombe à Lent. Elle a demandé quatre interventions par an. « Cela permet aussi d’avoir une surveillance de la sépulture », commente Flavien Jourdain, l’autre fondateur de la société.

Un choc devant la tombe

Le panier moyen des clients se chiffre à 37 euros par mois pour plusieurs interventions par an. C’est le particulier qui choisit les dates. Les prestations comportent systématiquement le nettoyage avec des produits écologiques, le fleurissement avec une composition au choix et une photo de la sépulture envoyée au client après l’intervention.

Pour autant, la fête du 1er novembre ne représente pas un pic d’activité pour l’entreprise. « C’est plutôt un pic commercial, analyse Yann Lepage. Les gens vont au cimetière et ont un choc à la vue de la sépulture. » Ils s’empressent alors de trouver une solution pour y remédier. Et qu’importe si la démarche semble cynique. « Les gens vont moins au cimetière, poursuit-il, mais la nécessité d’honorer le souvenir restera éternelle. On est simplement un nouvel outil. »

Pour le chef d’entreprise, si sa société fonctionne, c’est parce qu’elle ne sous-traite pas la prestation. Cinq employés à plein-temps rayonnent sur toute la France pour remplir les contrats. « Nous sommes sur Internet, mais nous sommes des artisans du fleurissement et de l’entretien », insiste Flavien Jourdain. Le taux de fidélisation est très élevé, seules trois ruptures de contrat ont été enregistrées. L’originalité de cette entreprise, c’est de proposer les deux services en même temps et de ne faire que ça. Mais des auto-entrepreneurs se lancent aussi sur ce créneau qui a de l’avenir.

Emmanuelle Viresolvit