Le Figaro Economie Toussaint 2012

Charles GAUTIER – 1er Novembre 2012

Les « pigeons » n’ont pas peur des fantômes. Après avoir vendu leur société de services à la personne au groupe Onet, deux entrepreneurs, Flavien Jourdain et Yann Lepage, ont créé En Sa Mémoire. Objectif de cette société ? Relever les pots de fleurs ou balayer vos tombes à votre place. Concrètement, ces deux « pigeons » ont décidé de voler au secours de tous ceux que la Fête des morts ou la Toussaint laissent de marbre. Parfois sollicités par leur ancienne clientèle pour cette tâche, ils ont identifié ce marché vierge d’offre structurée, assurent-ils. Avec, en prime, l’éternité devant eux. Flavien Jourdain estime que plusieurs millions de sépultures auraient besoin de ses services dans l’Hexagone et qu’un Français sur trois serait concerné par ce problème. Ce business de l’oubli serait évalué à plus de deux milliards. L’entreprise s’adresse en fait à tous ceux qui sont embarrassés par l’éloignement du caveau familial : Parisiens originaires de province, personnes âgées parties en villégiature ou encore citadins débordés. Bref, les clients potentiels ne manquent pas. Si En Sa Mémoire ne réalise encore que 150 000 euros de chiffre d’affaires, l’entreprise connaît un démarrage rapide. L’activité est multipliée par deux chaque année, et ce depuis quatre ans. À l’exception des prières – et autres instants de recueillement -, tout est possible. Ainsi par exemple, pour 27 euros par mois l’entreprise offre nettoyage et fleurs quatre fois par an ; elle envoie aussi des photos prises avant et après l’intervention. Mais l’histoire ne précise pas si, comme pour la durée des concessions, on peut établir un règlement bancaire à perpétuité.