Ils nettoient les tombes de vos proches à votre place

Lyon, le 29 octobre 2014 La société En Sa Mémoire, basée à Aix-en-Provence, a créé en 2008 un service d'entretien des tombes à distance. Flavien Jourdain (ci-contre) couvre toute la région Rhône-Alpes et réalise jusqu'à 15 interventions par jour.

Lyon, le 29 octobre 2014 La société En Sa Mémoire, basée à Aix-en-Provence, a créé en 2008 un service d’entretien des tombes à distance. Flavien Jourdain (ci-contre) couvre toute la région Rhône-Alpes et réalise jusqu’à 15 interventions par jour.

Son métier: bichonner les caveaux. Depuis six ans, Flavien Jourdain, sillonne les routes de Rhône-Alpes allant de petits villages en grandes agglomérations. Chaque jour, inlassablement, il multiplie les visites aux cimetières pour s’occuper au mieux des tombes qu’on lui confie. Et à quelques jours de la Toussaint, il ne chôme pas. Comme mardi, où il a nettoyé plus de dix sépultures au cimetière de Bron.

En 2008, il a co-fondé la société En sa mémoire dans le sud de la France, avant d’étendre ses activités à toute la France. Une petite entreprise proposant un service d’entretien des tombes à distance.

Amener du réconfort

«On les nettoie avec des produits écologiques pour ne pas abîmer la pierre, explique-t-il. Mais on se charge également de les fleurir. Ensuite, on envoie une photo à la famille pour lui montrer le travail effectué». Parfois, Flavien rénove aussi les stèles. Il enlève la mousse et frotte jusqu’à ce que la pierre retrouve l’éclat de sa blancheur initiale.

«La photo a son importance explique-t-il. Cela amène du réconfort. Souvent, les gens nous disent qu’ils culpabilisent de ne plus se rendre au cimetière et de ne plus avoir le temps d’entretenir les sépultures de leurs proches.»

Des familles éloignées et des personnes âgées

«La moitié de notre clientèle est constituée de personnes qui se sont éloignées de leur famille pour des raisons souvent professionnelles. C’est difficile pour elles de se rendre plusieurs fois par an au cimetière», précise Yann Lepage, l’autre co-fondateur de la société. Le reste de la clientèle est composé de personnes n’ayant parfois pas la capacité émotionnelle à assumer une telle charge, ou d’autres, trop âgées.

«Notre activité a augmenté de près de 50% en un an, explique Flavien Jourdain. Depuis le lancement de la société, on a doublé notre chiffre d’affaires chaque année». Mais c’est surtout le bouche-à-oreille qui a fait décoller cette petite entreprise de six salariés, proposant ses services dans tout l’Hexagone.

Une idée des tarifs
Le service est «à la carte»: il faut compter 27 euros par mois (un prix comprenant quatre interventions par an). Toutefois les particuliers ont la possibilité de choisir plus d’interventions s’ils le désirent.

 

Caroline Girardon
Créé le Mis à jour le